Culture : Présentation du Manga

 index

Qu’est-ce qui caractérise le Manga?

Définition : Le manga est une bande dessinée japonaise. Toutefois, il existe des mangas venant de beaucoup de nations : Corée, Chine, états-Unis… Il existe même une cinquantaine de mangas français !
Le format : il se caractérise par son sens de lecture oriental : de gauche à droite. Les cases se lisent d’une manière particulière (voir ci-contre). sens de lecture manga_imageLe plus souvent, les mangas sont publiés en noir et blanc et possèdent un format livre de poche. Contrairement à nos BD* occidentales, ils comptent plus d’une centaines de planches par volume.

Les personnages : Le personnage type du manga possède de grands yeux ce qui permet de jouer sur l’expressivité à outrance. 4b68edaeef5f5e2aed9351392b123454-d6ruz5tEn règle général, les mangas comprennent une plus grande variété d’onomatopées que les autres genres de la BD. Par exemple, le crépitement des pas sur la neige s’écrira サクサク (Saku-saku) De plus, le personnage du manga possède souvent des traits occidentaux.
Les décors ont moins d’importance dans le manga que dans la bande-dessinée occidentale. Quelques fois, les personnages évoluent dans des décors blancs lorsque l’auteur veut concentrer l’attention du lecteur sur le dialogue et l’expression. D’autres fois, ils sont remplacés par des effets comme des scintillements ou des traits symbolisant le mouvement.Résultat de recherche d'images pour

Le rythme : D’une manière générale, le manga joue beaucoup sur la théâtralité et les images suivent un rythme cinématographique avec des points de vue qui peuvent s’apparenter à des perspectives comme la plongée ou la contre-plongée.

Le manga possède également son propre genre d’animation dont le représentant le plus connu est Hayao Miyazaki (Nausicaa de la vallée du vent, Princesse Mononoké…). Dans ce cas, les mêmes codes que la version papier sont appliqués, la couleur en plus.

Quelles sont les origines du Manga?

Les débuts : Le manga prend sa source dans des rouleaux peints écrits par des bouddhistes datant des années 710 et 754. Ils représentaient alors des animaux ou des démons appelés yokai (妖怪 ) accompagnés de textes calligraphiés.
L’époque d’Edo : Puis, le manga réapparait à l’époque d’Edo avec les estampes de Katsushika Hokusai (1760-1849), un caricaturiste japonais. Ses dessins racontaient de manière humoristique la vie à Edo (ancien nom de Tokyo). Au départ, l’image illustrait des textes, puis la tendance s’inversa, menant à la réalisation d’œuvres ou le texte n’était plus que de moindre importance. À l’époque, le manga s’adressait surtout à la bourgeoisie. Les thèmes abordés étaient le plus souvent la nature, le théâtre, le fantastique ou l’érotisme (et non, le hentai, ce n’est pas du nouveau !)
Le terme manga (漫画) est apparu à cette même époque. Il se compose des kanjis* man 漫 (divertissant) et ga 画 (dessin). Il est souvent traduit par  « image dérisoire « .
Restauration de l’ère Meiji : Plus tard, le manga devient un outil éducatif montrant la vie quotidienne et véhiculant des valeurs morales. Lors de l’ouverture du Japon aux occidentaux en 1867, le manga évolue grâce à l’influence américaine et européenne. Il ne cesse de se modifier, des bulles viennent s’ajouter au dessin, et des cases apparaissent. Le premier manga  « officiel »  date de 1902, il s’agit d’une courte histoire humoristique de Yasuji Kitazawa comprenant 6 cases.
Après la seconde guerre mondiale : C’est après la seconde guerre mondiale que le manga connait son apogée. Les comics américains ont inspiré de nombreux mangakas comme Osamu Tezuka (Astro, le petit robot, le Roi Léo…), considéré par certains comme  « le dieu du manga ». C’est lui qui donnera naissance au manga papier à tendance « cinématographique ».
La réelle animation manga verra le jour en 1963 avec l’adaptation de sa série  « Astro le petit robot » qu’il signera sous le nom de Tetsuwan Atomu.

À qui est-il destiné?

Contrairement aux idées reçues, le manga ne s’adresse pas qu’aux adolescents.
En effet, il se divise principalement en quatre genres :

-Shônen 少年 (jeune garçon) : Il met souvent en scène un personnage masculin dans un voyage initiatique. Il y rencontre des alliés qui l’accompagneront dans sa quête, puis il se forgera dans des combats avec des ennemis de plus en plus fort.
Exemples : Naruto, One Piece, Pokemon

-Shôjo 少女 (jeune fille) : L’équivalent féminin du shônen, l’intrigue d’un shôjo se déroule souvent autour d’une histoire d’amour qui se passe presque toujours à l’école.
Exemples: Lovely complex, Shugo Chara ! , Fruits Baskets

-Seinen 青年 (jeune homme): Ce sont des mangas destinés aux hommes. Ils sont plus matures que le Shônen et le scénario est plus poussé. Les rapports humains, plus travaillés, sont au cœur de l’histoire. Beaucoup de Seinen illustrent le code d’honneur japonais.
Exemples : L’Attaque des Titans, Monster, Ghost in the Shell

-Josei 女性 (jeune femme) : Ce sont des mangas destinés aux femmes. Il mettent souvent une romance au centre de l’histoire mais la narration est plus mature que pour le Shôjo. Le drame y est plus présent et les personnages principaux font la plupart du temps partie de la vie active.
Exemples: Nana, Hakouki Shinsengumi, Love me Tender

Évidement les frontières entre genres ne sont pas hermétiques, bien souvent, des garçons lisent des Josei et des filles lisent des Shônen !

Il existe également des sous-genres du manga, en voici quelques-uns:

-Hentai 変態 : Ces mangas sont normalement réservés au public adulte et le plus souvent classés dans le Seinen. Les Hentais sont des mangas érotiques comprenant un grand nombre de scènes sexuelles.

-Shônen-Ai 少年愛 : Ces mangas, souvent classés dans le Shôjo, mettent en scène une histoire d’amour entre garçons, ne dépassant jamais le stade du baiser.

-Shôjo-Ai 少女愛 : Comme le Shônen-Ai, ils sont souvent classés dans le Shôjo mais tournent autour d’une histoire d’amour entre filles. Ils ne comprennent aucune scènes d’amour dépassant le baiser.

-Yaoi やおい : Ces mangas sont réservés aux adultes et rentrent souvent dans la catégorie des Josei. Ils sont l’équivalent du Hentai mais entre hommes. Ils comprennent des scènes sexuelles explicites. Au Japon, ils sont appelés June.

-Yuri 百合 : Ces mangas sont réservés aux adultes et rentrent souvent dans les catégories Josei ou Seinen. Ils sont l’équivalent du Yaoi mais entre femmes et comprennent des scènes sexuelles explicites.

-Dôjinshi 同人誌 : Ces mangas peuvent appartenir à n’importe quel genre. Ils sont écrits par des fans ou des mangakas et reprennent des personnages de séries existant déjà.

*Les bandes dessinées belges, françaises et les comics américains.
*terme désignant l’un des quatre types d’écriture japonaise où chaque caractère représente un mot.

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Manga, http://www.glenatmanga.com/histoire-du-manga-2.asp

Lena Simon

Animé : Dragon Ball Z

Nom d’origine : Dragon ball Z22303l.jpg
Nom en caractères originaux : ドラゴンボールZ(ゼット)
Genre : Shonen
Sortie en France : Oui
Pays : Japon
Réalisateur : Akira Toriyama
Nombres d’épisodes : 291
Sortie en version originale : 1989
Thèmes : Arts martiaux, Science-fiction
Production : Toei animation
Recommandations : Pour public averti (violence)

Résumé :
C’est un des premiers mangas anime paru en France qui a été connu par les français grâce au Club Dorothée, tel que Saint Seya (les chevaliers du Zodiaque).
Dans Dragon Ball Z, Son Goku a eu un fils, Son Gohan, avec ChiChi et décide d’aller voir son maître, Tortue Géniale, pour lui présenter son fils. Soudainement nos héros ressentent une force très puissante, et un sayan (une race d’extraterrestre humanoïdes connus pour être des guerriers extraordinaires possédant une queue) fait son apparition. Il annonce à Goku qu’il s’appelle Kakarotto et qu’il est son frère. Goku aurait autrefois été envoyé sur terre pour exterminer les terriens. L’extraterrestre prend alors Gohan en otage. Et Goku accompagné de son ami Petit-Coeur part à sa poursuite.

Critique :

Les plus :
-Combats dynamiques
-Personnages secondaires travaillés
-Renversements de situations

Les moins :
-Peut de différence (au niveau de l’histoire) dans les actes
-Les personnages secondaires disparaissent trop facilement
Lien du premier épisode en vostfr :http://www.neko-san.fr/streaming/dragon-ball-z-01-vostfr

Manga : Terra Formers

Nterra_formars_3184.jpgom d’origine :Terafōmāzu
Nom en caractères originaux :テラフォーマーズ,
Genre : Seinen
Sortie en France : Février 2013
Pays : Japon
Réalisateur : Yu Sasuga
Nombres de tomes : 14
Sortie en version originale : Janvier 2011
Thèmes : Science-fiction, Action, Horreur
Recommandations : Pour public averti

Résumé : Au XXIe siècle, un projet international à long terme de colonisation de la planète Mars est lancé. Il consiste à envoyer deux formes de vies pour créer une atmosphère sur Mars, ce qui la rendrait habitable. Les deux espèces choisies sont donc une sorte de lichen, et des cafards.
En 2599, la terraformation étant terminée, l’U-NASA envoie un groupe de 13 astronautes pour exterminer les cafards, mais une rencontre fait tout basculer…

Critique :

Les plus :
-l’histoire est bien mise en place.
-l’angoisse est toujours présente.
-on s’attache vite aux personnages.
Les moins :
-l’animé rend moins bien le sentiment du danger continu du manga.
Lien du premier épisode en vostfr :  https://www.youtube.com/watch?v=S9at6In6mnk

Manga : L’attaque des titans

Nom d’origine :Shingeki No Kyojinl_attaque_des_titans_1471.jpg
Nom en caractères originaux :進撃の巨人
Genre : Shonen
Sortie en France : Juin 2013
Pays : Japon
Dessinateur : Hajime Isayama
Nombres de tomes : 16 (en cours)
Sortie en version originale : Septembre 2009
Thèmes : Horreur, Action, Fantasy, Drame
Recommandations : Pour public averti (violence)

Résumé : Dans un monde où les prédateurs naturels des humains, les Titans, ont pratiquement exterminé l’humanité après leur apparition soudaine, les survivants du massacre bâtirent des murs de plus de 50 mètres de haut pour s’en protéger. Passé un siècle, le premier tomba et le cauchemar reprit…
Cent ans après l’apparition des Titans, les restes de l’humanité, qui s’étaient réfugiés derrière un mur, se retrouvent à nouveau face à leurs ennemis naturels, et doivent lutter pour leur survie.

Critique :

Les plus :
-les personnages ont directement l’empathie et le soutien des lecteurs, qui souhaitent leur survie.

Les moins :
-les premiers tomes du manga ont un dessin plutôt brouillon et des visages changeants d’une page à l’autre.
Lien du premier épisode en vostfr :https://www.youtube.com/watch?v=KCCJ-w8pGUQ

(l’animé est superbe et dynamique, les combats sont intenses)

Animé : Dragon Ball

Nom d’origine : Dragon balldragon_ball_520.jpg
Nom en caractères originaux : ドラゴンボール
Genre : Shonen
Sortie en France : Oui
Pays d’origine : Japon
Réalisateur : Akira Toriyama
Nombres d’épisodes : 153
Année de sortie : 1986
Thèmes : Arts martiaux, Aliens
Production d’origine : Toei animation
Production française : AB Vidéo (DVD)
Recommandations : Tout publique

Résumé :
Dans ce manga nous suivons les aventures d’un jeune garçon qu’un vieil homme, nommé Son Gohan, a trouvé et nommé Son Goku. Un jour notre héros rencontre Bulma, une jeune fille qui a l’air aisé, étant donné que Son Goku a uniquement connu son « grand père » il ne sait pas ce qu’est une fille, en plus elle arrive dans un véhicule volant alors qu’il ne connaît pas d’autre moyen de transport que ses jambes. Il est très surpris et la traite même de sorcière, ils font rapidement connaissance et Son Goku apprend, grâce a Bulma, à quoi sert la boule à quatre étoiles qu’il garde en souvenir de son grand père décédé. En fait, il existe dans le monde 7 « boules du dragon ». Qui, lorsqu’elles sont réunies, permettent d’exaucer le vœu de notre choix. Ils partent donc à la recherche de ces boules et rencontrent beaucoup des personnages (plus ou moins sympathiques).

Critique :

Les plus :
-Très comique
-Personnages très attachants
-Combats dynamiques
-Scénario pas rébarbatif

Les moins :
-Méchants pas assez charismatiques (à part Piccolo)
-Certaine frustration dans des combats
Lien du premier épisode en vostfr :http://www.adkami.com/anime/163

Animé : Black Butler

Nom d’origine : Kuroshitsujikuroshitsuji-episode-1-english-subbed.jpg
Nom en caractères originaux :
黒執事
Sortie en France :
Oui
Genre :
Shonen
Pays d’origine :
Japon
Réalisateur :
Shinohara Toshiya
Nombres d’épisodes :
24
Année de sortie :
2008
Thèmes :
Historique, Détective, Surnaturel, Mystère, Vengeance
Production d’origine :
A-1 Pictures
Production française :
Kana Home Video (DVD)
Recommandations :
Pour public averti (violence modérée)

Résumé :
L’histoire nous parle du jeune Comte Ciel Phantomhive, un aristocrate anglais du XIXe siècle au passé tourmenté.
Âgé de 12 ans et ayant perdu ses parents dans un incendie inexplicable, il se voit devenir l’héritier de l’entreprise de jouets et friandises Phantom. Il habite dans un mystérieux manoir à la campagne, aux abords de Londres, en compagnie de ses domestiques.
On apprend par la suite que son fidèle majordome nommé Sebastian Michaelis est en fait un démon des enfers avec qui il aurait passé un pacte. En effet Sebastian se serait présenté à Ciel, alors sur le point de mourir, et lui aurait proposé un contrat : son âme en échange de sa protection jusqu’à l’accomplissement de sa vengeance.
C’est ainsi que Ciel et son majordome se mettent à résoudre différentes énigmes, en général surnaturelles, sur ordre de la reine Victoria du Royaume-Uni.
Critique :

Les plus :
-Une ambiance gothique et sombre propre à Black Butler
-Des personnages profonds au passé tourmenté
-Un bon mélange entre l’Angleterre du XIXème et le surnaturel

Les moins :
– De grandes différences entre le manga et l’anime

Lien du premier épisode en vf : https://www.youtube.com/watch?v=dVaxcIY9TVM

Lena Simon

 

Culture : Kabuki

OVH-Japon-Kabuki006.jpg

Le Kabuki (歌舞伎) est une forme de théâtre dramatique classique méconnue en Occident. Son évolution s’est faite pendant plus de quatre siècles et reste aujourd’hui encore un divertissement populaire au Japon (日本).
Le mot Kabuki dérive du verbe japonais Kabuku (傾く) qui signifie  »qui sort de l’ordinaire » ou  »étrange ».
L’histoire commence à Kyoto (京都市) au début du 17e siècle, où une Okuni_kabuki_byobu-zu_cropped_and_enhanced.jpgprêtresse du nom de Izumo no Okuni (出雲阿国) , utilisait le lit desséché de la rivière Kamo (鴨) comme scène, exécutant des danses insolites pour les passants. La plupart du temps, ses spectacles représentaient des parodies osées de prières bouddhistes à la fois divertissantes et hypnotiques. Bientôt, d’autres groupes se mirent à jouer en reprenant son style, et le Kabuki entra dans l’histoire en temps que première forme de dramaturgie japonaise populaire.
Le Kabuki dépend essentiellement du maquillage ou Keshô, et des expressions du visage qui remplacent le masque. L’intrigue s’axe principalement sur des événements historiques et la vie quotidienne. Il se différencie donc de la forme aristocratique de danse appelée Nô (能) et propose un divertissement unique en son genre durant la période d’Edo (江戸時代).*
Au départ, la danse était pratiquée uniquement par des femmes et appelée communément le  »Onna-Kabuki ». Elle a ensuite évolué jusqu’à devenir une performance de groupe et s’est transformée en une attraction commune dans les salons de thé qui attirait l’audience de toutes les catégories sociales. À ce stade, le  »Onna-Kabuki » était souvent scabreux puisque les geishas ne jouaient pas seulement pour dévoiler leur habilité à la danse et au chant, mais aussi pour faire la promotion de leur corps à des clients potentiels.
Il fut donc prohibé par le shogunat Tokugawa (徳川幕府 ) en 1629, OVH-Japon-Kabuki003.jpgentrainant l’émergence du  »Wakashu-Kabuki » (若衆歌舞伎) où les acteurs étaient de jeunes garçons. Mais lorsqu’il fut interdit pour les mêmes raisons, la danse devient le  »Yaro-Kabuki » (野郎歌舞伎), où les acteurs étaient des hommes qui, à l’aide de costumes et de maquillage élaborés jouaient les rôles féminins, les  »onnagata » (女形 ).
Les essais du gouvernement pour réglementer le Kabuki ne se sont pas bornés aux limites selon le genre où l’âge des acteurs. Le groupe militaire Tokugawa se basait sur des idées confucéennes et imposaient souvent des sanctions sur les tissus des costumes, les armes de théâtre, et le thème de l’intrigue.
bun07Dans le même temps, le Kabuki est devenu étroitement associé au Bunraku (文楽), une forme élaborée de théâtre de marionnettes. En raison de cette influence, la danse jadis spontanée et individuelle a évolué jusqu’à devenir une pièce structurée en cinq actes, souvent basée sur les principes de la philosophie confucéenne.
En 1868, à la chute du shogunat Tokugawa, quand l’empereur Meiji (明治天皇) revient au pouvoir, le Japon, qui jusqu’alors pratiquait une politique d’isolement ou  »Sakoku » (鎖国), a ouvert ses frontières. Le Kabuki s’est alors exporté dans le monde.
Mais avant cette période, des artistes européens comme Claude Monet, s’inspiraient déjà de l’art japonais, tel que les empreintes sur des blocs de bois ou les arts vivants.
Après 1868, d’autres comme Vincent Van Gogh et le compositeur Claude Debussy ont commencé à incorporer le Kabuki dans leurs œuvres, pendant que le Kabuki lui-même subissait de grands changements pour s’adapter à l’ère moderne.
Comme d’autres formes d’arts traditionnels, le Kabuki est devenu moins populaire à la suite de la seconde guerre mondiale, mais l’innovation de certains artistes comme le réalisateur Tetsuji Takechi (武智 鉄二 ) a créé une résurgence peu après. Tetsuji_Takechi_01.jpg
D’ailleurs, le Kabuki était considéré comme une forme de divertissement populaire pour les soldats américains stationnés au Japon durant la guerre froide.
De nos jours le Kabuki perdure comme une partie intégrante du patrimoine culturel japonais qui déploie son influence au delà de la scène : à la télévision, au cinéma, et dans le manga. La forme d’art inventée par Okuni continue à enchanter le public par son maquillage élaboré, ses costumes délicatement brodés, et son mélodrame caractéristique.

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kabuki, https://www.youtube.com/watch?v=fa_3FmZt9t4, http://www.nautiljon.com/culture/th%C3%A9%C3%A2tre+-3/kabuki-117.html

Autre : Le manga Le chemin des fleurs de Shimaki Ako donne un apperçu de cette forme théâtrale. (NB : le premier tome est disponible au cdi)

*NB : (période s’étendant de 1603 à 1868)

Lena Simon

Animé : Junjou Romantica

Nom d’origine : Junjo RomanticaAfficher l'image d'origine
Nom en caractères originaux : 純情ロマンチカ
Genre : Josei
Sortie en France : Oui
Pays d’origine : Japon
Réalisateur : Chiaki Kon
Nombres d’épisodes : 12
Année de sortie : 2008
Thèmes : Shônen-Ai, Drame, Comédie, Romance, Yaoi
Production d’origine : Studio Deen
Production française : Black Box (DVD / Blu-ray)
Recommandations : Aucune

Résumé : Takahashi Misaki, âgé de 18 ans, voudrait aller à l’ université de Mitsuhashi, où son grand frère Takahiro désirait entrer avant la mort de leurs parents.
Cependant, Misaki a des difficultés scolaires et n’a pas le niveau. Il ne dispose que de trois mois pour passer son examen d’entrée. Il prend alors des cours particuliers avec Usami Akihiko, un célèbre romancier, auteur de nombreuses histoires « Boy’s Love ». C’est par ailleurs un ami de Takahiro depuis 10 ans, puisqu’ils font leurs études ensemble à l’université de Teito.
Usami cache un grand secret, il est amoureux de Takahiro depuis leur premier rencontre et ne lui a jamais avoué.
Critique :

Les plus :
-Des personnages intéressants et émouvants
-Un anime très poétique
-Une romance touchante et bien articulée

Les moins :
-Un scénario quelques fois répétitif

Lien du premier épisode en vostfr :http://www.neko-san.fr/streaming/junjou-romantica-saison-1-01-vostfr

Lena Simon

Animé : Katanagatari

Nom d’origine : KatanagatariAfficher l'image d'origine
Nom en caractères originaux :刀語
Genre : Shonen
Sortie en France : Oui
Pays d’origine : Japon
Réalisateur : Keitaro Motonaga
Nombres d’épisodes : 12
Année de sortie : 2010
Thèmes : Arts Martiaux, Romance, Fantasy, Drame, Action
Production d’origine : WHITE FOX
Production française : Black Box (DVD / Blu-ray)
Recommandations : Pour Public Averti (violence)

Résumé :
Le shôgun Yanari exigea d’exiler Yasuri Matsue sur une île déserte, de peur que ce dernier, maître du Kyoto Ryû, ne se rebelle contre lui. Le Kyoto Ryû est une technique de combat à mains nues. Yasuri transmit sa technique à ses enfants et mourut. Vingt années après l’exil de leur père, Shichika et Nanami vivent d’entraînements et d’eau fraîche. Mais Togame, la maladroite stratège du shôgun actuel, arrive sur l’île. Elle souhaite lui demander de récupérer les douze katanas (sabres japonais) créés par le grand Shikizaki qui ont été dispersés à travers le pays. Le shôgunat avait déjà demandé à des ninjas et des samouraïs de s’en emparer, mais la puissance des katanas les ont poussés à trahir. Seul l’amour pourra convaincre le jeune Shichika à accepter cette mission…

Critique :

Les plus :
-Deux personnages principaux intéressants
-Un graphisme qui sort du lot
-Une fin réussie

Les moins :
-Des  »méchants » un peu ridicules

Lien du premier épisode en vostfr : http://www.anime-ultime.net/info-0-1/18733-Katanagatari-01-vostfr-streaming-ddl-hd

Lena Simon

Animé : Shinsekai Yori

Nom d’origine : Shinsekai YoriAfficher l'image d'origine
Nom en caractères originaux : 新世界より
Genre : Shonen
Sortie en France : Non
Pays d’origine : Japon
Réalisateur : Ishihama Masashi
Nombres d’épisodes : 25
Année de sortie : 2012
Thèmes : Science-fiction, Psychologique, Shôjo-Ai, Shônen-Ai, Surnaturel
Production : A-1 Pictures
Recommandations : Pour public averti (violence modérée)

Résumé :
L’histoire se déroule au Japon, un millénaire après notre époque. Cinq enfants, Saki, Satoru, Maria, Mamoru et Shun, sont nés et ont grandi dans ce qui peut être décrit comme un village utopique.
Le monde de cette époque est gouverné par des dirigeants possédant des aptitudes psycho-kinésiques.
Suite à un incident, Saki et ses compagnons réalisent la véritable nature de leur monde. Bientôt, ils apprennent l’histoire sanglante qui conduit l’humanité à devenir ce qu’elle est. Ils sont alors projetés dans une vie semée d’aventure et de danger où chacun cherche à protéger les autres dans un monde au bord de l’effondrement.

Critique :

Les plus :
-Un scénario étoffé et très complet
-Cinq personnages principaux variés et complexes
-Une réelle réflexion sur l’humanité comme sur la société

Les moins :
-Une histoire très complexe et, de ce fait, parfois difficile à saisir

Lien du premier épisode en vostfr : http://neko-san.fr/streaming/shinsekai-yori-01-vostfr

Lena Simon

Animé : Hakouki Shinsengumi Kitan

Nom d’origine : Hakuouki Shinsengumi Kitan Afficher l'image d'origine
Nom en caractères originaux : 薄桜鬼
Genre : Josei
Sortie en France : Non
Pays : Japon
Réalisateur : Yamazaki Osamu
Nombres d’épisodes : 12
Sortie en version originale : 2010
Thèmes : Historique, Samouraïs, Démons, Drame, Action
Production : Studio Deen
Recommandations : Pour public averti (violence)

Résumé :
Yukimura Chizuru est la fille d’un docteur qui travaille à Edo. Un jour, celui-ci part afin de travailler en tant que médecin volontaire à Kyoto, laissant sa fille sur place. N’ayant plus de nouvelles depuis un mois, elle décide de se déguiser en garçon et d’aller le retrouver.
La nuit de son arrivée à Kyoto, elle se fait attaquer par des ronins, qui sont ensuite tués par d’étranges samouraïs aux cheveux blancs et aux yeux rouges.
Ceux-ci, devenu fous, attaquent Chizuru qui est sauvée de justesse par trois membres du Shinsengumi, une force de police spéciale composée de samouraïs de faible rang social, mais tous jeunes idéalistes et guerriers talentueux ; ils sont chargés par le seigneur d’Aizu et l’Empereur de patrouiller dans les rues de la capitale pour protéger la population des troubles causés par les bandits et les samouraïs du fief de Choshu.
Chizuru se fait enlever par le Shinsengumi pour une raison qui lui est inconnue. Ils la séquestrent et menacent de la tuer, pensant que Chizuru est un garçon. Elle leur révèle rapidement son identité et les samouraïs comprennent qu’ils sont à la recherche de la même personne. Ils décident donc de la protéger et de l’aider à retrouver son père. Elle se liera par la suite d’amitié avec eux bien que leur relation ait mal commencé.

Critique :

Les plus :
-Des personnages secondaires fort et émouvants
-Un contexte historique travaillé et fidèle
-Des décors et un chara-design réussi
-Un scénario bien ficelé qui tient en haleine

Les moins :
-Un personnage principal quelques fois irritant
-L’ajout des démons au contexte historique

Lien du premier épisode en vostfr : https://www.youtube.com/watch?v=FXRjZnbWoes

Lena Simon